Blog
>
Les Bojis par Cristal'Essence
Stages
Visitez notre boutique sur internet   www.cristal-essence.com
Les Bojis®
Copyright © Cristal’Essence 2011
Notre boutique sur internet www.cristal-essence.com
Vrai faux
/

Bojis® et… pop rock, vrais Bojis® et faux !!

La réputation des Bojis® va de pair avec leur rareté. Il y a donc une forte demande difficile à satisfaire car personne n’a accès aux Bojis®. Une telle situation se prête à des malversations ou des erreurs. Certains commerçants mal informés ou peu scrupuleux proposent des Bojis®… qui n’en sont pas.

D’un point de vue minéralogique, les Bojis® sont un phénomène à part. Bien qu’ils n’aient jamais fait l’objet d’études scientifiques, on peut reconnaître chez eux des caractéristiques d’autres minéraux : la pyrite avec laquelle ils partagent l’appartenance au système cubique, la Marcassite et la Pyrite pour la composition chimique (sulfures de fer), la Limonite pour la couleur et la génèse.
Pourtant leur dureté (7,4 sur l’échelle de Mohs) est supérieure à tous ces minéraux qui ne dépassent pas 6 à 6,5 sur l’échelle de Mohs.

Nous ne parlerons pas ici des confusions grossières avec les moquis ou la Pyrite (« Pinas » ou « Isis et Osiris ») que l’on trouve dans certains ouvrages, mais d’une confusion beaucoup plus subtile qui est la plus répandue.
Pour cela, il faut comprendre d’où vient l’appellation de «Bojis®» et à quoi elle correspond.  
A l’origine, nous avons ces formations minérales particulières, voir page ‘origines’, que l’on ne trouve que dans cette région du Kansas, sur cette lande qui est la propriété de Karen Gillespie.
Certaines de ces formations se sont décomposées à même le sol, lors de l’érosion naturelle, alors que d’autres ont gardé leur structure solide.
On peut donc les ramasser et les conserver.
Les habitants du Kansas appellent ces pierres « pop rocks » car quand on les met dans le feu, ils éclatent en faisant un bruit sec (comme des « pop corn »).
Cependant, Karen Gillespie, en récoltant ces « pop rocks », s’est aperçue que certains restaient stables et pouvaient se conserver, alors que d’autres, à terme, se décomposaient.
Les premiers conservaient leur énergie, mais pas les seconds: il y avait donc des différences de qualité énergétique.
Karen a d’abord sélectionné ceux qui étaient aptes à conserver leur énergie et à être utilisé pour un travail énergétique. Elle les a ensuite nettoyés pour les débarrasser de toute impureté et préparés pour leur fonction énergétique.
Elle leur a alors donné l’appellation de «Boji®»,  créant ainsi un label de qualité déposé en 1972 et certifié par un certificat d’authenticité (papier jaune portant le sceau du copyright); ce sceau est incrusté dans le papier et ne peut donc pas être reproduit.
Les autres «pop rocks», de qualité insuffisante pour être des Bojis® (« le rebut »), sont vendus par Karen par kilos pour le jardin, ou les plantes, comme une sorte d’engrais.
Certains de ces acquéreurs, grossistes en minéraux, ont sans doute vu là une opportunité de vendre pour des Bojis®  de simples «pop rocks» achetés à bas prix, puisque morphologiquement, ils sont quasiment identiques.
Seulement, évidemment, ils ne peuvent fournir à leurs clients un certificat d’authenticité.
Pour le consommateur donc, le certificat d’authenticité, qui est donné avec chaque paire de Bojis®, est la seule garantie qu’il puisse avoir.
Les affirmations ou garanties verbales n’ont aucune valeur !
Attention ! si un commerçant que vous connaissez vend des « pop rocks » pour des Bojis®, il n’est pas forcément malhonnête : il peut être de bonne foi mais avoir été abusé lui-même !